Galerie Hebert Paris 

18 rue du pont Louis Philippe  - 75004  Paris

Re.naissance 
de Fani Chambas
19/09 - 19/10/2019

Fanni Chambas expose ses toiles récentes dans notre galerie. C’est la troisième fois qu’elle y parait, avec à chaque fois un renouvellement profond dans son style, ses formes et ses couleurs.

Des couleurs souvent très profondes mais toujours très délicatement et aussi très résolument posées, et des ensembles graphiques où les structures du dessin donnent beaucoup de présence.

Une allure générale qui a toujours la même ampleur mais des toiles qui se suffisent à elles-mêmes du fait de leur composition très étudiée.

Œuvre figurative ? Œuvre de peinture abstraite ?

Un retour sur le passé récent est ici nécessaire. Ce que le peintre a montré dans sa dernière exposition était principalement composé de grandes toiles mono tonales, inspirées de vues d’immenses étendues de plage de sable où le vide était généralement plus présent qu’autre chose. Peinture très inspirée et très belle mais empreinte de beaucoup d’effroi, y compris s’agissant de vagues énormes déferlant sur la plage ou de villages de montagne isolés et perdus dans la nuit. Fanni Chambas peignait l’ennui, l’effroi, et la tristesse. Elle disait l’absence et le néant.

Ainsi se trouve dite ma réponse à la question posée : la peinture abstraite n’implique pas nécessairement l’absence d’un sujet. Au contraire, mais ce qu’elle veut montrer ou plutôt signifier, est quelque chose dans la toile qui n’est pas immédiatement visible, comme un être caché.

Ce souci- là est très évidemment présent dans l’œuvre de Fanny Chambas.

Aujourd’hui, le plaisir de vivre y est évident. Le peintre dit elle-même qu’elle vit une renaissance.

Mais à quelles conditions ? Et l’intentionnalité n’y est –elle pas plus forte que ce qu’il est possible d’atteindre ? Et ce que je veux pour moi, est-ce qu’autrui est dans les mêmes dispositions que moi pour vouloir l’atteindre ?

Personne n’est sûr de voir l’Etre comme il est, car nous l’avons intériorisé et réduit à son sens de spectacle. Ce que je vois n’est pas le même que celui vu par l’autre. Peindre est un cri de solitude.

Fanni Chambas le transforme en chanson.

 

 

Conrad Galerie Hebert,

Août 2019

Re.naissance 2018-19

acrylique sur toile

100 x 81 cm

Land 2018-19

acrylique sur toile

100 × 281 cm

Re.naissance II 2018-19

acrylique sur toile

100 x 81 cm

Vivace 2018-19

acrylique sur toile

100 x 81 cm

Lento 2018-19

acrylique sur toile

92 x 74 cm

Allegro 2018-19

acrylique sur toile

116 x 81 cm

Renaissance italienne 2018-19

acrylique sur toile

116 x 81 cm

Andante 2018-19

acrylique sur toile

116 x 81 cm

Abysse I 2018-19

acrylique sur toile

81 x 60 cm

Abysse II 2018-19

acrylique sur toile

60 x 81 cm

Aria 2018-19

acrylique sur toile

73 x 54 cm

Re.naissance IV 2018-19

acrylique sur toile

73 x 54 cm

Fugue I  2018-19

acrylique sur toile

61 x 50  cm

Fugue II  2018-19

acrylique sur toile

61 x 50  cm

Fugue III  2018-19

acrylique sur toile

61 x 50  cm

Célérité I  2018-19

acrylique sur toile

50 x 40  cm

Célérité II  2018-19

acrylique sur toile

50 x 40  cm

Interstice

Acrylique, feuille d’argent sur toile

10 × 10 cm

Nuit

Acrylique, feuille d’argent sur toile

146 × 114 cm

L’enfant de l’interstice

Acrylique sur bois

20 × 15 cm

Conrad  

Méditation

Huile et pigments sur toile

80 × 80 cm

Réflexion

Huile et pigments sur toile

80 × 80 cm

Sous-Bois 

Huile et pigments sur toile

50 × 64 cm

Lumière

Huile et pigments sur toile

73 × 92 cm

L'approche

huile et pigments sur toile

50 × 100 cm

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now